Le Tib' Tour !

15 décembre 2015

Ostie d'français !

Au Québec, on parle français, je vous apprends rien. 79% l'ont comme langue maternelle, 95% la comprennent. Ce plébiscite est moins vrai à Montréal où 50% des habitants se disent francophones et 16% se disent anglophones.

Mais ce français, vous le savez aussi, c'est pas le français de chez nous ! On vous avait déjà parlé de leur manie de rajouter plein de mots ou d'expressions anglaises à l'oral mais aussi de leur obsession frénétique à traduire tout et n'importe quoi (schizophrénie linguistique ?), mais aujourd'hui je vais plutôt vous faire un petit dictionnaire des expressions typiques d'ici. Alors bien sûr, la liste pourrait être beaucoup plus longue. Mais j'ai préféré m'attarder sur celles qu'on a fréquemment entendu ici. Dans la rue, les transports, à la télé, chez nos voisins/proprio ou même chez nos amis français ici depuis 8 ans. Alors il en manque sûrement que vous connaissez, mais j'ai essayé d'être honnête avec notre expérience.

Sans aucun ordre logique :

Bouffe / degeulasse : Si ces termes sont plutôt péjoratifs en France, ici ils sont tout à fait acceptables et d'ailleurs ils sont souvent utilisés dans la pub pour décrire la nourriture.

C'est correc(t) : On note que le "t" à la fin n'est pas prononcé. C'est un grand classique, utilisé à tout bout de champ. Ca veut tout simplement dire "ça va", "c'est OK", "c'est bon"...

trio : Et non, ça n'est pas une pratique sexuelle. Juste la manière de désigner un menu complet dans les fast-foods.

Capoter : Une fois de plus, rien à voir avec le sexe bande de dégoutants ! Ca peut avoir 2 sens. Soit le sens "c'est dingue !" soit le sens "ne pas paniquer" ("capote pas tout !")

Pogner : Très fréquent aussi. C'est attraper, prendre, saisir, tout autant au sens propre que figuré.

C'est posh : "C'est nul".

C'est full dur : Ramené à la maison par Milan qui l'a emprunté à la petite voisine Juliette. Le "full" appuie juste le "dur". "C'est très dur" quoi !

Barre oblique : Un exemple de leur traductithe aiguë. Il s'agit du slash informatique : /

Le carré : Dans la même veine. Allez devinez ! Si je vous dit Twitter ? Oui ! C'est le hashtag !

En masse : Beaucoup !

Fa que : Ponctue 2 phrases sur 3. C'est une contraction de "Ca fait que...". Il est souvent suivi d'un "C'est ça qu'est ça".

Scuzez : Oui, je sais, en France aussi on peut contracter "Excusez-moi" par "Scuzez", mais ici, il est fortement employé dès qu'on se tamponne dans le métro ou qu'on se marche sur le pied. Il remplace allègrement notre "Pardon".

En tout temps : Souvent employé dans les pubs ou sur les panneaux signalétiques dans la rue. "Parking interdit en tout temps", "Déneigement gratuit en tout temps". C'est donc "toujours", "A toutes les périodes de l'année".

Je suis tanné : En avoir assez !

C'est plate : C'est chiant, pour un film ou un livre. Ou bien ennuyeux pour une situation.

Une tune : Hop, un anglicisme. La tune, c'est la chanson.

Soya : Alors, allez savoir pourquoi, mais ici, le soja s'écrit et se dit soya...

Tuque et mitennes : Oui, la 2e est facile, se sont les gants. Et la tuque, c'est le bonnet. Ici, "La guerre des tuques" est un film culte des années 80 qui a été revisité en dessin animé cet automne.

Bâton et rondelle : Les amateurs de sport connaissent déjà. Ici, inutile de venir à un match de hockey et de parler de crosses et de palet, personne ne comprendrait rien ! Ici, on frappe la rondelle avec le bâton !

"A" facebook.com : Petite subtilité d'ici. Pour annoncer un site Internet ou une chaîne de télé, on dit "A facebook.com", "A téléquebec". Au lieu de "Sur facebook" ou "Sur France 2".

Denturologue : Prothésiste dentaire. Oui, oui, on dirait pas, mais ça fait parti des mots qu'on a vu souvent ici. Les enseignes des denturologues pullulent ici !

Optométriste : Comme les denturologues, ils sont nombreux à avoir pignon sur rue. C'est une spécialité de l'ophtalmologie qui n'existe pas en France.

Podiatre : Pédiatre ? Non, podologue...

Rabais : Ce sont les réductions.

Haïr : Le verbe haïr, conjugué au présent, est prononcé entièrement. Ca écorche l'oreille je dois vous avouer. "Je hahi ça", c'est bizarre.

Pour vrai ? : Ca, ça vient typiquement de l'anglais "For real ?". C'est comme ça qu'ils s'étonnent "Vraiment ?".

Ca goute bon : C'est bon !

Briser : Le verbe briser est employé plus fréquemment que chez nous et il remplace le verbe casser. Oui, ici, on se brise le bras. Dans les supermarché on trouve aussi des brisures de chocolat.

Partisans : Les partisans des Canadiens de Montréal sont les supporters du club de hockey.

Débarquer/Embarquer : On ne l'utilise pas que pour monter dans l'avion, mais aussi dans le bus ou le métro ! Ca fait classe non ?

Probablement : Pas de définition particulière, c'est juste qu'il est très souvent utilisé !

C'est pas pire : "C'est pas mal !"

Et pour finir, ils ont principalement 2 tics de répétition. Le premier c'est de rajouter un "ça" avant le COD : "J'aime ça la poutine !" "Voudrais-tu ça aller à la plage ?". Le second c'est le "tu" : "On voit tu mieux de ce côté ?" "tu aimes tu les bonbons ?". Funny !

Zaza


Twitter Facebook
Message précédent Message suivant

Vos commentaires :

4+5=

6 commentaires
Cha - Le 15 décembre 2015 à 23:03
Aaaah j'adore ! C'pas pire !! J'ai l'impression de les entendre :)
Mona - Le 16 décembre 2015 à 03:56
Ostie d'français d'marde
Morgane - Le 16 décembre 2015 à 05:41
J'avoue c'est trop rigolo !!! Est-ce que vous vous êtes rendus compte de mots que vous utilisez qui les font rigoler ?
Vous en avez adopté certains ?
Zaza - Le 16 décembre 2015 à 06:31
Non Morgane, on a rien remarqué de tel. Ils doivent se moquer discrètement !

On a rien adopté, non, à part Milan de temps en temps qui nous met des "ça" partout !
Lorène - Le 16 décembre 2015 à 12:56
Deguelasse? ? !
Damien - Le 28 décembre 2015 à 10:55
Il existe des optométristes en France, c'est juste que c'est une spécialité pas du tout reconnu et, comme les étiopathes et ostéopathes, ce n'est pas remboursé par la sécu.

J'ai eu affaire à un optométriste à Rouen, et c'est lui qui avait détecté ma malformation de boite crânienne qui entraînait la baisse de ma vue...