Le Tib' Tour !

17 juillet 2015

Bastille Day

C'est moins pressée par le temps que la maisonnette se réveille ce mardi. Faut dire que le programme est plutôt léger aujourd'hui : un peu de lèche-vitrines sur la 5ème avenue et le soir on grimpera en haut de l'Empire State Building à la nuit tombée.

Toujours en compagnie de David et Audrey, nous partons de l'appart à midi (tranquille hein) direction un grand playground pour enfants près du MET que Mona a repéré sur notre précieux guide de "New York en famille". En effet, l'espace de jeu vaut le détour (même si entièrement en béton... Même pas en rêve un truc pareil en France !). Une grande pyramide, des tunnels, des ponts et comme toujours des jeux d'eau.

Mais très vite c'est d'en haut que l'eau viendra. Au départ la petite pluie n'empêche pas les 2 petits de déambuler, mais bientôt c'est une averse diluvienne qui s'abat sur nous ! Et comme il y a 10 jours à Montréal, nous voilà tous les 7 coincés sous un toboggan attendant que l'orage cesse ! Drôle de hasard ! Sauf que voilà, les minutes passent et l'abri de fortune ne fait plus son effet. Plus qu'une solution : s'abriter dans les tunnels du playground ! Tunnels à taille d'enfant bien-sûr... Très vite un gamin affolé tourne autour de notre abri sans oser y pénétrer. Il est complètement perdu, trempé, il appelle sa mère, tourne en rond comme un chiot apeuré. On l'invite à nous rejoindre, ce qu'il fait finalement. Scène cocasse tout de même que ces 4 enfants et 5 adultes (la mère nous a rejoint) recroquevillés dans ce bunker attendant que la pluie cesse !



Finalement on bravera les gouttes pour trouver une cachette plus sûre à 2 pas de là, le Metropolitan Museum of Art (MET pour les intimes). Je crois que jamais le musée n'a eu une aussi forte affluence, tous les passants s'y engouffrant pour échapper à la douche ! On aurait pu en profiter pour le visiter me direz-vous. Oui, certes, mais Milan a des boutons dès qu'on prononce le mot musée, donc bon... On y va à doses homéopathiques.



Finalement la pluie s'arrête et on décide d'écourter notre balade sur la 5ème en prenant le bus pour aller directement chez FAO, un magasin de jouets gigantesque qui ferme ses portes le lendemain.

Mais juste devant le magasin, la grosse pomme d'Apple nous attire dans ses entrailles. On descend donc quelques minutes dans l'Apple Store contempler les Apple Watch et baver sur les Iphones 6. Ca mange pas de pain.

Dans FAO Les enfants vont encore en avoir plein les mirettes. Figurines Star wars, montagnes de bonbons, piano géant qui fonctionne en marchant dessus, Lego grandeur nature... Ils sont moins attirés par le fameux stand qui permet d'acheter sa véritable marionnette du Muppet Show personnalisée, mais moi j'adore l'idée ! Question de génération... Audrey et David non plus ne sont pas insensibles puisqu'ils repartiront avec une poupée cheerleader qu'on imagine bien peste et sûrement grande amie de Peggy la cochonne !



A l'étage, Milan bloque sur un stand de voitures télécommandées en kit. Une idée géniale qui propose aux enfants de choisir toutes les pièces de sa voiture une à une et de la monter soi-même ensuite comme dans un vrai garage ! Son parrain David va exhausser les vœux du marmot. Un moment à l'américaine !

Après un hot dog prit sur le pouce très tardivement et mangé autour d'un écureuil de Central Park, on se rentre dans nos pénates. Nos canadiens d'amis doivent en effet reprendre la route le soir même.

Mais pour nous la soirée n'est pas finie. Peu avant le coucher du soleil (20h30 ici...) on reprend la route pour l'Empire State Building. Sans doute le building qui fait le plus parler Milan !

On arrive devant ce colosse alors que le soleil tape ses derniers rayons sur sa façade beige et vitrée. Y a pas à dire, il est magnifique.



L'intérieur, que nous aurons le temps de contempler de fond en comble tant on nous fait passer dans un dédale de couloirs (heureusement sans queue), l'est tout autant. Voire plus. Tout l'intérieur est à fond art déco. J'aimerais tout prendre en photo mais c'est interdit. Frustrant. Les portes d'ascenseurs sont finement décorées, les plafonds gigantesques tombent sur un sol en marbre coloré d'or et d'argent. C'est fourni, c'est clinquant, mais c'est beau. Voilà plus de 100 ans que des ouvriers un peu fous, des architectes un peu dingues ont eu l'audace de construire ce symbole de l'Amérique et c'est ça force le respect !

86e étage. Enfin. Le soleil n'est plus très présent, les lumières des buildings pas encore là. Mais la vue reste incroyable. La plateforme est bien moins large qu'au sommet du Rockfeller Center. C'est plutôt un couloir qui fait le tour de l'immeuble. Il faut jouer des coudes pour se trouver un bon emplacement afin de prendre des clichés. Les enfants s'amusent à reconnaître ce que, maintenant, ils connaissent. Le Flatiron à deux pas dirait-on, la Freedom Tower, tellement dominante, Central Park qu'on distingue à peine.









Plus le soleil décline et plus les façades s'illuminent. Le spectacle commence vraiment. Fantine mitraille avec le reflex pendant qu'avec Mona on essaye de se poser, sans appareil photo, juste pour contempler pour pouvoir se souvenir. J'aimerais que nos photos rendent un peu de la magie qui pèse là-haut.



On rentre à la nuit tombée, alors que notre quartier commence à s'animer.

Au fait ! J'en ai pas parlé mais aujourd'hui c'était la fête nationale ! Bastille Day ils appellent ça ici ! Et à New York c'est plutôt bien fêté puisque des festivités sont organisées par la nombreuse communauté française de la ville pendant toute la semaine. On a malheureusement pu participer à aucune pour cause de logistique incompatible. Mais ça devait être chouette ! Concours de pétanque géant dans Brooklyn, dégustation de mets français dans une rue au Sud de Central Park fermée pour l'occasion, etc...

Zaza


Twitter Facebook
Message précédent Message suivant

Vos commentaires :

4+5=

Soyez le premier à nous laisser un commentaire !